j_m_lepen Déclaration de Jean-Marie LE PEN

On savait depuis le premier tour des législatives que les jeux étaient faits et que l’UMP de M. SARKOZY l’emporterait facilement, abusant d’un mode de scrutin qui prive la moitié des Français d’une représentation démocratique.

Dans le Pas-de-Calais, où Marine LE PEN restait face à un candidat Socialiste, l’UMP de SARKOZY et le MODEM de BAYROU se sont désistés pour le Socialiste, confirmant ainsi à ceux des électeurs nationaux de SARKOZY que n’avaient pas encore dégoûtés l’ouverture à Gauche et la reprise du processus constitutionnel européen, pourtant rejeté par 55% des Français, que la rupture était une imposture et la trahison une réalité.


Le Front National, bien que j’ai obtenu à l’élection Présidentielle près de 4 millions de voix, a enregistré au premier tour des législatives, un très important recul, causé essentiellement par le chiffre exceptionnel des abstentions.

En effet, 58% des électeurs qui avaient voté pour moi à la Présidentielle n’ont pas été voter, puisqu’on leur répétait que le Front National n’avait aucune chance d’avoir des députés.

Outre la politique, les conséquences ont été désastreuses sur le plan financier à deux niveaux :

D’abord, notre subvention publique de fonctionnement sera amputée de 60%, ce qui obligera à réduire drastiquement nos frais d’administration et de propagande et donc freinera nos capacités d’action.

Plus grave, la moitié de nos candidats, près de 300, victimes de l’abstention, n’ayant pas franchi la barre des 5%, ne seront pas remboursés de leurs frais de campagne.
Cette dette considérable restera à leur charge et à celle du Front National.

Je lance un appel non seulement à tous nos électeurs, mais à tous ceux qui pensent que le Front National, défenseur des valeurs patriotiques, doit garder sa place en France, à répondre généreusement à la Souscription Nationale que nous lançons.

Ceux qui croient que le Front National va disparaître à l’occasion de ce qui n’est qu’un avatar électoral se trompent lourdement.

Les patriotes, plus convaincus que jamais de la nécessité de leur combat, ne vont pas baisser les bras.

Rassemblés par l’adversité, ils vont se préparer pour les échéances futures.

Malgré les mensonges et les tours d’illusionniste, les Français ne vont pas tarder à voir la vérité en face et parce qu’ils savent que la Patrie est le bien le plus précieux pour tous et d’abord pour les plus pauvres, ils feront encore confiance à ceux qui ne les ont jamais trompés.

Le Front National et moi-même seront là, demain comme hier. Aidez-nous aujourd’hui à vous aider demain.

Auteur : Jean-Marie LE PEN
Date : dimanche 17 juin 2007