communiques22lbSoutien au monde viticole

Anne-Christine Royal, cousine de la candidate du PS à la présidentielle et militante Fn de longue date, porte les couleurs du Mouvement de Jean-Marie Le Pen dans la 10e circonscription de Gironde. On s’en souvient, le président du FN avait débuté sa campagne présidentielle par une Marche verte et Jean-Claude Martinez avait organisé une caravane dans les vignobles français pour rencontrer les professionnels du vin et expliquer les propositions du FN pour sauver notre viticulture, et plus largement notre agriculture sacrifiée sur l’autel de l’euromondialisme par l’UMPS. Les cénacles bruxellois ont ainsi imposé aux pays producteurs membres de l’UE une vaste opération d’arrachage des vignes. Anne-Christine Royal s’est enchaînée vendredi 1er juin en fin d’après-midi jusqu’au lendemain à un plant de vigne dans une propriété de Cadillac-en-Fronsadais dans le libournais. Après avoir envoyé 1.500 courriers aux viticulteurs de la région, elle a reçu la visite de dizaines d'entre eux. « J’ai eu le sentiment très fort d'être soutenue par l'âme de tous ces gens qui ont travaillé la terre auparavant (...). J'ai engagé cette action pour évoquer la souffrance, les vies brisées, les revenus qui s'effondrent et ne dépassent parfois plus les 300 euros par mois » a-t-elle expliqué le 2 juin lors d’une conférence de presse en présence notamment d’une vingtaine de militants et du président du groupe FN à la région Aquitaine et Secrétaire départemental de la Gironde, Jacques Colombier. « Sur le plan local a expliqué son directeur de campagne Thibault du Réau, nous avons décidé de mettre en place un réseau d’associations et d’amis qui s’engagent à acheter exclusivement leur vin aux viticulteurs du libournais. D’après nos premières estimations, nous pensons pouvoir écouler environ 10 000 bouteilles sur la première année, ce qui permettrait de soulager plus d’une vingtaine de viticulteurs » rapportait le quotidien Minute le 6 juin.

Pourquoi ?

Anne-Christine Royal a critiqué la « démagogie quotidienne des élus qui vont serrer des mains sur les marchés, taper sur l'épaule des viticulteurs en disant ‘on vous a compris’ alors qu'ils ont par ailleurs tous signé les traités bruxellois qui bradent la France. Si je suis élue députée, a-t-elle ajouté, je serai le cri de détresse des viticulteurs. Je m'engage à affronter le ridicule et peut-être le mépris de certains élus, je m'engage à ne pas mettre les pieds à l'Assemblée nationale sans avoir attaché à ma cheville un cep de vigne. Et s'il faut traîner pendant cinq ans ce cep de vigne à l'Assemblée, je le ferai jusqu'à ce qu'enfin les viticulteurs soient entendus dans leur détresse et qu'on renégocie les traités bruxellois. C'est vrai qu'il y a une surproduction mondiale de 50 millions d'hectolitres par an mais l'Australie, l'Afrique du Sud, la Californie ont planté 230.000 hectares en cinq ans! Au nom de quoi ce serait à la France de sacrifier sa viticulture ? » s’est elle interrogée. Ajoutons encore que la personnalité du ministre de l’Agriculture choisi par Sarkozy, en l’occurrence Christine Lagarde, a de quoi inquiéter. Comme le rapporte Rivarol (édition du 25mai), ministre chargé du Commerce extérieur depuis 2005 avant d’être propulsé à l’agriculture le 18 mai, Mme Lagarde a accompagné son prédécesseur Dominique Bussereau dans tous les grands raouts agricoles dans le cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce . Et elle n’y a jamais fait prévaloir la préférence communautaire promise par M. Sarkozy au cours de sa campagne pour s’attirer les voix du monde rural. Mme Lagarde, très liée aux cénacles mondialistes, a fait toute sa carrière aux Etats-Unis dans le plus gros cabinet d’avocats d’affaires du monde. « Le cheminement de Christine Lagarde ne l’a fait pas surgir de nulle part. Banques, milieux d’affaires internationaux, néo-conservateurs, laboratoires de réflexion du lobby pétrolier US. Sarkozy ne pouvait mieux choisir souligne Rivarol que cette « sherpa du mondialisme »…

www.fnj.info