jupp_Alain Juppé joue gros lors des élections législatives. Conformément à la règle annoncée par François Fillon, il confiera son avenir ministériel aux électeurs de la 2e circonscription de la Gironde. Le 6 mai, plus de 54% des électeurs de cette circonscription avaient voté pour Ségolène Royal.

Tout ministre qui ne sera pas élu aux législatives de juin ne pourra conserver son poste. Telle est la règle édictée par le Premier ministre François Fillon. Cette règle oblige donc Alain Juppé à remporter la bataille dans la deuxième circonscription de Bordeaux. L'actuel ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables n'ignore pas que le combat sera musclé. Dans la 2e circonscription de la Gironde, qu'il détenait jusqu'à sa démission en 2004 après sa condamnation à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Ségolène Royal est arrivée en tête le 6 mai avec 54,66% des suffrages exprimés. Le ministre d'Etat a ironisé sur le fait qu'en cas de défaite il mettrait "en pratique (ses) mes convictions environnementales par la pratique du jardinage, peut-être".

Cependant, pour Alain Juppé, "beaucoup de choses ont changé" depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. "D'abord, le Parti socialiste est en plein désarroi, il n'a plus de chef, ses 'éléphants' se disputent et il n'a plus de projet", a martelé l'ancien premier ministre de Jacques Chirac. Alain Juppé a par ailleurs souligné que "l'ouverture très profonde de la vie politique" effectuée par le président "à des personnes venues du centre qui ne l'avaient pas soutenu à l'élection présidentielle ou même à des personnes venues de la gauche" est un fait nouveau. Il s'est dit certain que cela "aura des conséquences pour la constitution de cette nouvelle majorité présidentielle". Les Bordelais, en tout cas, ont l'avenir ministériel d'Alain  Juppé entre leurs mains.

La liste complète des candidats de la deuxième circonscription de la Gironde :

Michèle Delaunay (PS)
Véronique Vilmont (Collectif antilibéral)
Pierre Hurmic (Les Verts)                           
Alain Juppé (UMP)                                  
Rose-Marie Lozano (MRC)                                             
Guy Dupont (Lutte ouvrière)                           
Ludovic Guinard (MoDem)                            
Jacques Colombier (FN)                            
Emmanuel Bichindaritz (LCR)   
Valérie Dorey (RIC)
Christophe Bugeau (MPF)
Jacques Lacube (LFA)
Bruno Alfandari (Sans étiquette)

Europe1.fr